Le groupe Nexter expose à EDEX
Le Caire, le 30 novembre 2018 – Nexter, une société du groupe KNDS, leader européen de la défense terrestre, sera présent au salon Egypt Defence EXpo (EDEX) du 3 au 5 décembre 2018 au Caire.

Le Caire, le 30 novembre 2018 – Nexter, une société du groupe KNDS, leader européen de la défense terrestre, sera présent au salon Egypt Defence EXpo (EDEX) du 3 au 5 décembre 2018 au Caire. Nexter qui équipe 100% des systèmes blindés de combat de l’armée de Terre française, est architecte et systémier-intégrateur de défense terrestre. Au travers du programme SCORPION, le groupe fait la démonstration de tous ses savoir-faire dans son secteur d’activité. Pour cette édition inaugurale du salon regroupant les trois domaines de défense – terrestre, naval et aéronautique – mais également la sécurité intérieure, Nexter exposera une partie de sa gamme d’engins blindés, de systèmes d’armes et d’artillerie, de robots et de munitions.
L’innovation au service de la défense et de la sécurité
L’artillerie, domaine d’excellence de Nexter, sera mise en exergue sur le stand. Le groupe est aujourd’hui parmi les leaders mondiaux dans ce secteur, maîtrisant le couple arme et munition, ainsi qu’une grande partie de la gestion des feux. Une présentation de la famille CAESAR® (6x6 et 8x8), accompagnée de munitions de 155mm et de 3 stations FINDART® sera faite sur le statique de Nexter. Alliant puissance, précision et rapidité des tirs ainsi qu’une excellente mobilité, le système CAESAR® est devenu un outil de supériorité des feux sur les théâtres d’opération modernes, notamment au sein de l’armée française.
Dans le domaine des engins blindés, Nexter exposera l’ensemble de la gamme SCORPION dont les Véhicules Blindés Multi-Rôle (VBMR) GRIFFON et Engin Blindés de Reconnaissance et de Combat (EBRC) JAGUAR qui équiperont la composante terrestre belge et l’armée de Terre française. Avec le LECLERC Rénové et le VBMR Léger SERVAL, ces quatre systèmes blindés répondent à l’ensemble des besoins des forces terrestres pour des opérations de maintien de la paix jusqu’aux conflits de haute intensité. Pour compléter l’offre de Nexter dans ce domaine, le véhicule blindé d’intervention TITUS® sera présenté dans ses versions transport de troupes et sécurité intérieurs. Parfaitement adapté aux interventions dans les milieux les plus difficiles, son blindage et sa mobilité extrême en font un atout majeur pour les équipes d’intervention.
Nexter proposera aussi sa tourelle ARX®25 dont l’efficacité redoutable de l’arme permet d’appliquer des tirs précis en toute sécurité sous blindage, quelque soient les conditions, de jour comme de nuit.
Troisième munitionnaire européen après le rachat des sociétés belge MECAR et italienne SIMMEL Difesa, disposant de l’un des catalogues produits les plus complets, le groupe présentera ses gammes munitions dont les munitions de char de 105, 115 et 120mm.
Nexter exposera également une partie de ses savoir-faire dans le domaine des équipements. En tant qu’architecte dans le secteur de la robotique, le NERVA, robot multi-mission, sera exposé. Plusieurs solutions de protection du combattant seront sur le stand, notamment pour lutter contre les attaques nucléaires, biologiques et chimiques (NBC). Par ailleurs, une démonstration du système d’aide à la décision par table tactile FINDMP® sera réalisée pendant toute la durée du salon.
Le stand sera spécialement équipé d’une salle de projection immersive, une première pour ce salon, dans laquelle les visiteurs seront plongés dans une réalité à 360° et pourront participer à des démonstrations dynamiques de la famille CAESAR®, VBCI et TITUS®.

Communiqué de presse conjoint de C. CASTANER, ministre de l'Intérieur et de L. NUNEZ, secrétaire d'Etat auprès du ministre - 29 novembre 2018

Des violences inacceptables ont été commises samedi dernier à Paris à l’occasion d’un rassemblement non déclaré sur l’avenue des Champs-Élysées, à l’appel notamment de membres du mouvement dit des « gilets jaunes ».

 

Divers nouveaux appels circulant sur les réseaux sociaux, Christophe CASTANER, ministre de l’Intérieur, et Laurent NUNEZ, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, ont fait le point hier soir avec le Préfet de police en prévision d’une éventuelle journée de manifestation des « gilets jaunes » à Paris samedi 1er décembre.

 

Il apparaît que deux déclarations sont à cette heure parvenues à la Préfecture de police. Aucune ne concerne l’avenue des Champs-Élysées.

 

Christophe CASTANER, ministre de l’Intérieur, et Laurent NUNEZ, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, rappellent que le droit de manifester doit s’exercer dans un cadre légal, permettant de garantir la sécurité des personnes et des biens.

 

Ils demandent donc aux auteurs des appels à manifester de prendre sans délai contact avec la Préfecture de police afin d’identifier un lieu ou un itinéraire permettant d’organiser et d’encadrer les rassemblements pour assurer la protection de tous.

Réponse de la Douane française

à un article de presse du Canard Enchaîné

relatif au chiffre du commerce extérieur

 

L’administration des douanes a pris connaissance de l’article de presse du Canard enchaîné en date du 28 novembre 2018 titré «les effarantes erreurs de Bercy sur les chiffres du commerce extérieur» et tient à apporter les précisions suivantes :

Les écarts mis en avant par le journaliste du Canard enchaîné entre nos statistiques et celles de l’ensemble de nos partenaires ne sont pas des erreurs ; ils sont liés à l’incertitude de mesures présentes dans toutes les statistiques.

Ces asymétries sont constatées pour l’ensemble des pays et vont, pour la quasi-totalité des États-membres de l’Union européenne, dans le sens d’une amélioration de la balance commerciale. Pour preuve, le total des exportations au sein de l’UE, qui devrait être égal au total des importations, est supérieur de 65 milliards à celui-ci.

 

Comme l’indique le Canard enchaîné les statistiques françaises font état d’une asymétrie proportionnellement moins importante que celle des partenaires européens : 1,5 % des échanges contre 2 % en Allemagne, 2,5 % au Royaume-Uni et 6,4 % en Italie.

 

Les données statistiques du commerce international sont produites en toute indépendance par la douane. La qualité de nos statistiques est reconnue par Eurostat comme faisant partie des meilleures statistiques européennes. On ne peut donc pas parler d'« estimation au doigt mouillé ».

Les explications données au Canard enchaîné sur les modèles statistiques utilisés n'ont pas été reprises, ce que la douane regrette vivement.

 

Cette asymétrie est un domaine technique de travail pour les statisticiens du commerce extérieur. Contrairement à ce qu’affirme le Canard enchaîné, il n’est pas soumis à un arbitrage politique ministériel, conformément à l’indépendance professionnelle de la statistique publique. Le ministre n’a jamais été saisi de cette question.

 

La France et d’autres pays mènent de nombreuses études pour comprendre et essayer de réduire ces asymétries. Par exemple, les statisticiens français et américains travaillent actuellement sur une analyse particulière relative aux asymétries France-USA.

 

Compléments d’information :

 

Qu’appelle-t-on asymétrie ?

 

Chaque Etat-membre produit ses statistiques d’importations et d’exportations. La France mesure par exemple ses importations en provenance d’Allemagne, et ses exportations vers l’Allemagne. L’Allemagne mesure aussi ses exportations vers la France et ses importations depuis la France. Comme tout produit exporté par une entreprise allemande vers une entreprise française peut être vu comme une importation par une entreprise française depuis un entreprise allemande. Ainsi on peut dire que les exportations allemandes sont le reflet dans un miroir des importations françaises depuis l’Allemagne.

 

Mais ce miroir n’est pas parfait dans les statistiques. Il y a des écarts entre la valeur des importations en provenance d’Allemagne mesurées par les statistiques françaises et les exportations vers la France mesurées par les statistiques allemandes. L’écart entre ces statistiques « miroir » est appelé asymétrie (défaut de symétrie).

 

Il s’agit là de statistiques bilatérales et d’asymétries bilatérales. On peut faire la même analyse sur les échanges entre la France et tous les autres Etats-membres (tout le reste de l’Union européenne). On a alors les asymétries des exportations françaises avec le reste de l’UE. Même chose pour les asymétries des importations.

 

Pourquoi observe-t-on des asymétries ?

 

Pour plusieurs raisons. D’abord parce que la valeur d’une marchandise exportée peut comprendre la valeur du transport jusque chez le client si le vendeur s’est chargé du transport. Ce n’est parfois pas le cas lorsque c’est l’acheteur qui s’est chargé du transport.

 

Les statisticiens essaient de faire des corrections en se référant à la valeur « à la frontière » entre les deux pays, mais ces corrections demeurent imparfaites et laissent des différences. Il peut y avoir des écarts temporels (une marchandise peut dans certains cas être enregistrée un certain mois chez le vendeur et le mois suivant chez l’acheteur). Par conséquent,  des erreurs matérielles peuvent apparaître dans la déclaration soit chez l’acheteur, soit chez le vendeur.

 

Lorsque les échanges ne se font pas en euros, le taux de change utilisé peut être différent. Enfin, il existe des seuils en-dessous desquels les entreprises sont dispensées de formalités statistiques. Les importations et exportations correspondantes sont alors estimées par des méthodes statistiques. Ces estimations peuvent également contribuer aux asymétries.

No part of this book may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted, in any form or by any means, without the prior written permission of the Publisher.