Trophée de l'Innovation Participative - Reconnaissance

                Trophée d'or : Gendarmerie Nationale

  • Trophée de l'Innovation Participative - Reconnaissance

 

Trophée d'or : Gendarmerie Nationale

La réussite de la démarche tient à une forte adhésion de la Direction Générale ainsi qu'un très fort dynamisme et d'une grande liberté d'action. Le jury a remarqué les processus très démocratiques pour sélectionner les bonnes pratiques mises au vote par les utilisateurs concepteurs. Chacun peut déposer simplement son idée sur une plate-forme. Elle est ensuite évaluée au cours d'un atelier performance avec des équipes du terrain. Le système de valorisation et de reconnaissance très complet (cérémonie, trophées, lettre de félicitations, ...) sans oublier d'encourager ceux qui ne sont pas retenus avec une lettre d'encouragement du Directeur Général a permis de mettre en place des initiatives intéressantes.

 

  • Le Trophée de l'Innovation Participative - Coup de cœur du public

Ce prix a été remporté par la Gendarmerie Nationale.

Florence Parly, ministre des Armées, a lancé aujourd’hui les labels « Centre d’excellence », avec l'objectif de voir émerger en France une filière solide et dynamique de recherche stratégique.

Communiqué de Florence Parly, ministre des Armées

 

Florence Parly, ministre des Armées, a lancé aujourd’hui les labels « Centre d’excellence », avec l'objectif de voir émerger en France une filière solide et dynamique de recherche stratégique.

La recherche stratégique, particulièrement développée dans les pays anglo-saxons sous le nom de War Studies, est un élément clé pour la compréhension des menaces et l’anticipation des conflits futurs. Attachée à la préparation de la défense du XXIe siècle et plaçant la jeunesse au cœur de son action, Florence Parly souhaite ainsi une filière attractive, tournée vers la jeunesse, reconnue à l’international et permettant un bon accès à l’emploi.

Dans le cadre du « Pacte Enseignement Supérieur », chaque label se verra doté d’un budget annuel de 300 000 €, pour une durée de cinq ans renouvelable, soit un total de 1,5 million d’euros par projet. 14 projets ont été initialement déposés, fédérant 26 établissements et 200 chercheurs. Ce lancement était l’occasion de présenter les 5 premiers projets présélectionnés (Université Panthéon-Sorbonne Paris I, Institut Français de Géopolitique de Paris 8, Université de Bordeaux, Université Grenoble Alpes, Université Jean Moulin - Lyon III).

La ministre des Armées a également profité de cet événement pour annoncer la création dans quelques semaines du « Club Phoenix » rassemblant 60 entreprises, think tanks et cabinets de conseil s’engageant pour contribuer à l’insertion professionnelle de jeunes chercheurs.

Vous trouverez ci-joint le discours prononcé par Florence Parly, ministre des Armées.

Blessés en opérations : pose de la première pierre du nouveau centre médical de l’Institution nationale des Invalides

 

 

 

Florence Parly, ministre des Armées, a présidé aujourd’hui avec Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, la cérémonie de pose de la première pierre du nouveau projet d’infrastructure de l’Institution nationale des Invalides (INI). Un projet moderne et ambitieux qui conforte le rôle de l’INI dans sa mission de reconnaissance et de prise en charge des blessés physiques et psychiques.

 

Cette pose de première pierre concrétise un projet médical qui vise à offrir un pôle de réhabilitation physique et psychique au profit des militaires blessés en opérations, dans la continuité de leur prise en charge initiale en hôpital militaire. Il rapproche ainsi l’INI des Hôpitaux d’instruction des armées (HIA) Percy et Bégin comme dernier maillon de la chaîne médicale du Service de santé des armées pour la prise en charge des blessés en opération.

 

En complément du centre des pensionnaires, le centre médical disposera de 50 lits de rééducation, le centre de réhabilitation psychique de 20 lits et l’hôpital de jour de 10 lits.

 

Les travaux débuteront au premier trimestre 2019 et s’échelonneront sur quatre ans, pour un investissement de 50 millions d’euros.

 

Placée sous la protection du Président de la République, l’Institution nationale des Invalides incarne depuis plus de trois siècles l’engagement de la Nation aux côtés de ses combattants, « âgés, malades ou blessés au service de la patrie » et assure trois missions : l’appareillage pour les personnes handicapées, la prise en charge médicale de patients hospitalisés et l’accueil de pensionnaires invalides. L’INI, établissement de référence de prise en charge médico-sociale des grands blessés, continuera d’accueillir les victimes de terrorisme, et de bénéficier aux agents de l’Etat en uniforme et plus largement aux patients du territoire de santé.

M. Christophe CASTANER, ministre de l’intérieur et Mme Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, ont pris connaissance de l’étude nationale relative aux morts violentes au sein du couple pour l’année 2017, établie par la Direction Générale de la Police Nationale, la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale et la Délégation Aux Victimes.

M. Christophe CASTANER, ministre de l’intérieur et Mme Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, ont pris connaissance de l’étude nationale relative aux morts violentes au sein du couple pour l’année 2017, établie par la Direction Générale de la Police Nationale, la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale et la Délégation Aux Victimes.

 

125 personnes sont mortes en 2017, victimes de la violence de leur partenaire ou de leur ex-partenaire de vie (contre 138 en 2016 et 136 en 2015), dont 109 femmes et 16 hommes. Ainsi, une femme meurt tous les 3 jours du fait de la violence de son conjoint ou ex conjoint.

11 enfants sont décédés concomitamment à l’homicide de leur père ou de leur mère et 14 enfants ont été tués dans le cadre de violences conjugales sans qu’un parent ne soit tué.

En incluant les suicides et les homicides de victimes collatérales, le nombre total de décès résultant de ces violences s'élève à 247 personnes.

 

Le Gouvernement est tout particulièrement mobilisé pour combattre ces violences intrafamiliales totalement inacceptables et met tout en œuvre pour multiplier les canaux de prise en compte de la parole des victimes. Ainsi, le ministre de l’intérieur lancera demain en présence de la Garde des Sceaux et de la Secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, un portail de signalement en ligne des violences sexuelles et sexistes, disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Il concrétisera l’engagement pris par Emmanuel Macron en novembre 2017 lors du lancement de la grande cause du quinquennat pour l’égalité femmes - hommes.

Ce portail sera accessible via le site internet « service-public.fr », depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone, sous la forme d’un « tchat », pour permettre un échange personnalisé et adapté avec un policier ou un gendarme spécifiquement formé. Cet accès facilité, sans obligation de déclarer son identité, permettra à toutes les victimes d’entrer en contact avec les 37 policiers et gendarmes du portail qui pourront les accompagner au plan de la procédure, les orienter vers les partenaires institutionnels et faciliter ainsi leur prise en charge sociale et psychologique[1].

 

Ce service innovant s’inscrit dans une démarche engagée depuis plusieurs années par les forces de police et de gendarmerie en matière d’accueil, et particulièrement celui des

victimes de violences sexuelles, qui se traduit par des dispositifs de prise en charge spécifiques, en étroit partenariat avec l’ensemble des acteurs (Justice, services de l’Etat, collectivités territoriales, associations, intervenants sociaux, etc.).

Le ministère de la Justice et la société Fill Up Média ont signé vendredi 9 novembre 2018 une convention de partenariat pour la diffusion sur son réseau des messages « Alerte enlèvement ».

Le ministère de la Justice et la société Fill Up Média ont signé
vendredi 9 novembre 2018 une convention de partenariat
pour la diffusion sur son réseau des messages « Alerte enlèvement ».

 

Avec près de 3700 écrans installés, la société Fill Up Média équipe 700 stations-services de différents distributeurs sur l'ensemble du territoire français.

 

2000 écrans 22 pouces répondant aux critères techniques de diffusion de l’alerte enlèvement sont concernés.

 

Fill Up Média s'engage par cette convention à diffuser sur l'intégralité des écrans de son réseau 22 pouces un carton plein écran avec sa bande sonore, diffusé pendant 20 secondes une fois par boucle de diffusion, reprenant intégralement sans modification, ajout, ni soustraction, le texte du message d'alerte et desdites photographies dans le modèle graphique et sonore préalablement fourni par le ministère.

 

La garde des Sceaux, ministre de la Justice, Nicole Belloubet, se félicite de cette signature qui vient renforcer la visibilité du dispositif en cas de déclenchement d'une alerte enlèvement.

No part of this book may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted, in any form or by any means, without the prior written permission of the Publisher.