Florence Parly et Geneviève Darrieussecq souhaitent une excellente rentrée à tous les élèves et étudiants des lycées de la défense

Florence Parly et Geneviève Darrieussecq souhaitent une excellente rentrée à tous les élèves et étudiants des lycées de la défense
Le ministère des Armées compte de nombreux établissements scolaires et centres de formation, clé de voûte d’une multitude de parcours : collèges, lycées militaires et enseignements post-baccalauréat (CPES et BTS). Ce lundi, ce sont 4 000 élèves et étudiants qui effectuent leur rentrée.
L’enseignement dans les lycées de la défense : une pépite à préserver
L’offre d’enseignement du ministère des Armées comprend 2 collèges et de 6 lycées, ces derniers proposent également des enseignements post-bac, avec des classes préparatoires aux grandes écoles militaires et, plus récemment, des BTS.
Ces établissements, sous encadrement militaire mais avec enseignants et programmes de l’Education nationale, ont plusieurs objectifs importants justifiant qu’ils continuent d’être pérennisés.
En premier lieu, le soutien aux familles, qui sont soumises aux mobilités géographiques fréquentes inhérentes à l’engagement de nos militaires : les Armées se doivent d’offrir à leurs enfants un cadre éducatif stable et performant. Ensuite, continuer à accueillir dans le cadre du plan Egalité des chances de jeunes boursiers défavorisés sans lien avec la Défense, en priorité dans les zones urbaines sensibles (15% des élèves). Enfin, donner appétence pour les carrières dans les armées, que ce soit par le passage en lycées (à l’issue duquel il n’y a aucune obligation d’intégrer les armées) ou par le biais des formations post-bac qui elles, ont vocation à recrutement.
Ce modèle continue de faire ses preuves, les résultats 2018 du baccalauréat – 99% d’admission en 2018, 78% avec mention – étant dans la même lignée que les années précédentes.
Plan Lycées : viser l’excellence académique et comportementale
Soutenus par la loi de programmation militaire 2019-2025, les lycées bénéficieront d’investissements conséquents, à hauteur de 100 millions d’euros d’ici 2025, dans le cadre du Plan Lycées.
Le premier objectif de ce plan sera d’offrir de meilleures conditions d’accueil aux élèves en améliorant l’état des infrastructures. Si tous les lycées bénéficieront d’investissements, les plus importants concerneront les lycées les plus anciens (La Flèche, Saint-Cyr l’Ecole et Autun), et en particulier leurs internats.
Le second objet du Plan Lycées est l’élargissement et la diversification du panel des formations notamment pour répondre aux besoins des Armées et aux enjeux des prochaines années (cyber, mécatronique, maintenance aéronautique…). Des investissements dans les infrastructures et le recrutement de professeurs et encadrants supplémentaires seront ainsi réalisés.
Enfin, le Plan Lycées prône un partage des règles et des bonnes pratiques entre les établissements. Un règlement commun sera établi, qui garantira notamment l’excellence comportementale. Le Plan Lycées prévoit également la création d’un portail internet et d’un dossier d’inscription communs.
Le Plan Lycées complète et enrichit le Plan Famille et bénéficie d’un budget ad hoc.
Le cas particulier des Prépas militaires : des mesures attendues
Le niveau des classes préparatoires militaires, qui mènent vers les plus grandes écoles militaires françaises, est reconnu. Des événements récemment portés à la connaissance de la ministre des Armées l’ont convaincu qu’il fallait redoubler d’efforts afin que les activités déviantes de quelques-uns, sous couvert de pseudo-traditions, n’entachent pas la réputation de ces établissements et le respect des valeurs militaires et républicaines.
La ministre a donc demandé au collège des inspecteurs généraux des armées de lui faire des propositions. Elle a validé, en concertation avec la secrétaire d’Etat, Geneviève Darrieussecq, et le chef d’Etat-major de l’armée de Terre, le général Jean-Pierre Bosser, un plan d’excellence comportementale en dix mesures, d’application immédiate pour la rentrée de l’année scolaire 2018-2019.
Les 10 mesures du plan d’excellence comportementale :
1. Un encadrement plus féminisé
Améliorer quantitativement et qualitativement l’encadrement des lycées militaires, en trouvant un juste équilibre sur son taux de féminisation, y compris parmi les officiers. En particulier, un taux de féminisation de 50% pour encadrer les sections « Lettres » au sein des CPGE du Lycée militaire de Saint-Cyr-l’Ecole a été fixé.
Pourquoi ? Pour être en adéquation avec la mixité des élèves des classes prépas.
2. Organiser des exercices militaires
Mettre en place des périodes dédiées aux activités militaires pour les classes préparatoires, encadrées par du personnel militaire.
Pourquoi ? Les activités militaires permettent aux étudiants de prendre conscience des exigences et des réalités de leur métier futur et d’appréhender les vraies valeurs militaires. Les élèves des prépas militaires n’ayant par ailleurs pas le statut de militaire mais désirant le devenir, aucun décalage ne doit se créer entre la réalité rêvée du métier des armes et les activités proposées par les lycées. Ainsi, aucun espace n’est laissé aux activités non-encadrées de prétendues traditions qui ne seraient pas en accord avec les valeurs de l’institution.
3. Organiser les traditions
« La confiance n’exclut pas le contrôle ! » Définir le contenu et les modalités de toutes les activités de transmission des traditions au préalable avec le chef de corps, en liaison avec le proviseur. Ces activités seront réalisées uniquement sous le contrôle de l’encadrement. Toute activité qui n’a pas reçu l’aval de la hiérarchie est interdite.
Pourquoi ? Pour éviter des écarts et protéger l’esprit militaire qui ne se retrouve pas dans certaines pseudo-traditions inacceptables. Les règles étant fixées et connues de tous, les sanctions seront appliquées avec fermeté et rapidité.
4. Une corniche unique par lycée militaire
Pour les classes préparatoires aux grandes écoles, retenir le principe d’une « corniche » unique qui intègre l’ensemble des étudiants des classes préparatoires.
Pourquoi ? Le terme de corniche est utilisé pour dénommer les classes préparatoires aux différentes grandes écoles militaires. Les lycées de la défense préparent à l’ensemble des recrutements d’officiers dans des armées qui partagent toutes les mêmes valeurs. Il ne peut y avoir d’esprit différent dans des structures spécifiques. Cette mesure permet le brassage des profils dans la même année scolaire, en évitant des regroupements qui peuvent générer des sentiments d’appartenance exclusifs.
5. Priorité au travail
Limiter strictement la durée des activités de transmission des traditions. Encadrer le retour des intégrants dans les lycées.
Pourquoi ? Parce que la priorité étant la réussite aux concours et examens, les activités de traditions doivent être limitées dans la durée et dans le temps. Par ailleurs, le retour des lauréats de l’année précédente (ayant intégré une grande école) ne doit pas être un prétexte à des débordements. Les règles doivent être les mêmes pour tous, même pour ceux qui ont quitté la classe préparatoire.
6. Un langage commun à tous les lycées
Appuyer, par la diffusion de directives, les chefs de corps dans la transmission des valeurs de la République et des Armées.
Pourquoi ? Chaque armée a la responsabilité d’un ou plusieurs lycées de la défense, elle doit donc donner à ses chefs de corps les outils nécessaires à la bonne conduite de leur action, pour que chaque lycée ait les mêmes références, les mêmes règles, les mêmes objectifs.
7. Promouvoir la mixité
Installer une représentation mixte au sein des classes et mettre en place un référent mixité dans l’équipe de commandement.
Pourquoi ? Parce que les étudiantes doivent être représentées à la même hauteur que leurs camarades étudiants. Parce qu’il est indispensable d’avoir au sein de l’encadrement une personne identifiée sur les enjeux de mixité, pour jouer un rôle de veille et de conseil.
8. Des inspections régulières
Faire inspecter l’ensemble des établissements scolaires des Armées par leur armée d’appartenance en principe tous les deux ans, tous les ans pour les lycées qui le nécessiteront.
Pourquoi ? Pour s’assurer dans la durée de la stricte application des directives, soutenir l’encadrement et recueillir tous les témoignages.
9. Lutte contre les addictions
Engager, sous la responsabilité du commandement et avec le soutien du Service de santé des Armées (SSA), des actions résolues de sensibilisation contre les conduites addictives.
Pourquoi ? Il est indispensable d’accompagner de jeunes étudiants sur les questions liées à l’alcool et aux drogues, dans un cadre où les élèves et étudiants sont en internat loin de leurs familles.
10. Des sanctions plus claires
Toute sanction ou exclusion d’un lycée militaire pour faute grave de comportement doit avoir valeur pour tous les lycées militaires et être tracée pour les organismes de recrutement dans les armées.
Pourquoi ? Cela empêchera notamment un élève de passer d’un lycée à un autre en toute impunité, et permettra, en cas de réussite à un concours d’une grande école militaire d’éveiller la vigilance de l’encadrement de l’école concernée.

 

 

Nomination du vice-amiral d’escadre Philippe Helloau poste de directeur des ressources humaines du ministère des Armées


                                                                                              
 
 
 
Nomination du vice-amiral d’escadre Philippe Hello
au poste de directeur des ressources humaines du ministère des Armées
Le vice-amiral d’escadre Philippe Hello a été nommé directeur des ressources humaines du ministère des Armées à compter du lundi 3 septembre 2018.
Il succède à Anne Sophie Avé, dont il était l’adjoint depuis janvier 2016.
Entré à l’École navale en 1980, breveté de la spécialité « lutte sous la mer » et de l’enseignement militaire supérieur, il a été auditeur du Centre des hautes études militaires et de l’Institut des hautes études de la défense nationale. Sa carrière est marquée par de nombreux embarquements et déploiements opérationnels.
De 1983 à 1987, il sert sur des unités en métropole, en océan Indien et en Polynésie française. De 1987 à 1988, il participe à la mission « Prométhée » dans le golfe Arabo-Persique comme officier « opérations » de l’aviso Commandant Ducuing. Puis il est affecté sur la frégate anti-sous-marine La Motte-Picquet en armement à Lorient avant de devenir chef du service « armes sous-marines » de la frégate Primauguet à Brest jusqu’en 1990. De 1992 à 1994, il est chef du groupement « opérations » de la frégate Georges Leygues déployée dans le golfe Arabo-Persique, au large de la Somalie (opération « Restore Hope ») et en Adriatique (mission Sharp Guard durant les conflits de l’Ex-Yougoslavie).
Il a commandé le Batral Dumont d’Urville en Polynésie française (1994-1995), l'aviso Commandant Blaison (1999-2001) en océan Indien, la frégate Courbet (2002- 2004) en opération « Enduring Freedom » en 2003 pendant le conflit en Irak,et le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre (2005 – 2007) dont il a assuré l’armement et la première mission de longue durée.
Ces embarquements se conjuguent avec des affectations au sein de la division « entraînement » puis de la division « conduite des forces » de la force d’action navale. Il est notamment sous-chef « plans » de l’état-major amphibie puis sous-chef « opérations » du groupe aéronaval déployé au large de l’Afghanistan en 2002 (mission « Enduring Freedom ») ; de 2004 à 2005, il dirige la cellule multinationale de l’EUROPEAN MARITIME FORCE et participe à la montée en puissance de la force maritime française de réaction rapide (FRMARFOR).
Il a également occupé plusieurs postes en échelon central, étant successivement aide de camp du chef d’état-major de la Marine, officier de programme « lutte sous la mer » à l’état-major de la marine, officier de cohérence opérationnelle « engagement et combat » au sein de l’état-major des armées, puis sous-directeur « gestion du personnel » à la direction du personnel militaire de la Marine (DPMM).
Le 1er août 2012, il a pris les fonctions de directeur et commandant de l’Ecole navale. Le 1er septembre 2015, il est désigné comme directeur, adjoint au directeur des ressources humaines du ministère de la défense. 
Rattachée au secrétariat général pour l’administration (SGA), la direction des ressources humaines élabore la politique générale de ressources humaines du ministère des Armées pour l’ensemble du personnel, militaire et civil, et met en œuvre le dialogue social et la concertation.
Depuis 2015, elle exerce une autorité fonctionnelle renforcée en coordonnant les services gestionnaires des personnels de toutes les armées, directions et services du ministère, dans un souci d’amélioration de la performance collective et de maîtrise de la masse salariale.

 

 

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

RUAG AMMOTEC a le plaisir de vous annoncer la distribution de la marque DERYA ARMS.Disponibilité immédiate:  Fusil semi-automatique  DERYA ARMS MK12

RUAG AMMOTEC a le plaisir de vous annoncer la distribution de la marque DERYA ARMS.
Disponibilité immédiate:  Fusil semi-automatique  DERYA ARMS MK12
Idéal pour le TSV division open
-       Calibre 12
-       Canon lisse 50cm
-       3 chokes: lisse, demi, full
-       Poids 3,5kg
-       Crosse télescopique type  AR-15 e n polymère
-       Arme de catégorie B

Référence
Modèle
PVC TTC
DERAS100X
DERYA MK12 CAL.12/70 CANON DE 50cm Noir Garde-main long
             901 €
DERAS101S
DERYA MK12 CAL.12/70 CANON DE 50cm Bleu et détails  rouges
             901 €
DERAS100S
DERYA MK12 CAL.12/70 CANON DE 50cm Noir
             879 €
DERAS102S
DERYA MK12 CAL.12/70 CANON DE 50cm Tan
             901 €
DERAS103SF
DERYA MK12 CAL.12/70 CANON DE 50cm  Vert olive
             922 €
DERAS104S
DERYA MK12 CAL.12/70 CANON DE 50cm Rouge
             901 €
DERD13
DERYA CHARGEUR MK12 9 Coups
               46 €
DERD14
DERYA CHARGEUR MK12 19 Coups
               60 €
 

MINISTÈRE DES ARMÉES

Déplacement de Florence Parly à Berne,Suisse

Déplacement de Florence Parly à Berne,
Suisse
Lundi 3 septembre, Florence Parly, ministre des Armées, s’est rendue à Berne afin de s’entretenir avec son homologue suisse, le Conseiller fédéral Guy Parmelin.
Les ministres ont échangé sur la relation bilatérale en matière de défense entre les deux pays, l’Europe de la défense, la promotion d’un multilatéralisme fort et efficace et les questions sécuritaires internationales (Balkans, Sahel, Levant).
A cette occasion, les ministres ont également souligné leur volonté conjointe d’approfondir encore davantage la coopération pratique entre les forces armées françaises et suisses par la signature prochaine d’un nouvel accord intergouvernemental (AIG) portant sur l’instruction. Cet AIG permettra de renforcer notre partenariat, notamment dans le domaine cyber.
La ministre a également visité à Spiez des unités suisses spécialisées dans le domaine de la protection contre les menaces nucléaires, biologiques et chimiques (NBC) qui illustrent bien l’organisation de l’armée de milice suisse (conscrits et militaires professionnels).

Belgian Air Force Days 2018 « Ready for the Future »

Belgian Air Force Days 2018 « Ready for the Future »

Durant le week-end des 8 et 9 septembre 2018, la Défense organise les « Belgian Air Force Days » (BAF Days) sur la base aérienne de Kleine-Brogel. Cette démonstration biannuelle de connaissances et de savoir-faire est l'événement à ne pas manquer pour tous les passionnés d'aviation.

Pendant deux jours, les visiteurs peuvent y admirer différents types d'avions, principalement militaires, provenant de différents pays européens. Un grand nombre d'aéronefs sera exposé devant le public, tandis que des pilotes expérimentés démontreront les limites de leurs appareils dans les airs lors de démonstrations spectaculaires. Cela concerne à la fois des avions historiques et contemporains. Le site www.belgianairforcedays.be fournit un aperçu actualisé de tous les avions présents.

La Force Aérienne belge connaît actuellement une transformation radicale qui nous permettra de continuer à être un partenaire fiable pour nos alliés dans les années à venir. Il y a quelques semaines, les nouveaux hélicoptères NH90 «Caiman» sont revenus de leur première mission opérationnelle. Les usines d'Airbus construisent actuellement le premier A400M belge, l'appareil qui remplacera les C-130 d'ici quelques années. Et le dossier de remplacement du F-16 entre dans sa phase de décision. Pour cette raison, l'organisation a donc choisi "Ready for the Future" comme thème central de cette édition.

Les BAFDays 2014 à Kleine-Brogel ont accueilli plus de 90.000 spectateurs venant de Belgique et des pays voisins.

Le général Philippe Lavigne

prend les fonctions de chef d’état-major de l’armée de l’air

Le général Philippe Lavigne

prend les fonctions de chef d’état-major de l’armée de l’air

 

Le général d’armée aérienne Philippe Lavigne prend les fonctions de chef d’état-major de l’armée de l’air ce vendredi 31 août 2018. Il succède au général d’armée aérienne André Lanata qui rejoint quant à lui le commandement suprême de la transformation de l’Otan à Norfolk, aux Etats-Unis.

 

Pilote de chasse sur Mirage 2000, spécialiste de la défense aérienne, le général Lavigne a plus particulièrement été, au sein de l’armée de l’air, commandant de l’escadron de chasse 1/5 « Vendée » à Orange et commandant de la brigade aérienne de l’aviation de chasse (BAAC) au sein du Commandement des forces aériennes.

 

Son expérience opérationnelle est notamment marquée par son action en Afghanistan où, commandant des éléments français et de l’aéroport militaire international de Kaboul, il a accompagné la fin du dispositif « Pamir » et assuré le transfert des responsabilités vers les autorités civiles afghanes en décembre 2014. Il avait auparavant été expert Air au centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) – affectation au cours de laquelle il a assuré la planification et la conduite des opérations des forces armées pour les opérations « Carbet » en Haïti et « Béryx » en Indonésie, respectivement en 2004 et 2005.

 

Des questions internationales, il connaît aussi spécifiquement celles relatives aux exportations d’armement pour avoir été directeur des exportations des matériels de guerre auprès du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) en 2009 ou encore chef de projet sur le dossier de la vente des Rafale à l’Egypte en 2015, alors qu’il occupe les fonctions de commandant de la BAAC.

 

La prise de fonction du général Lavigne est marquée par une cérémonie militaire organisée aujourd’hui sur la base aérienne de Villacoublay.

Le premier déplacement du nouveau chef d’état-major de l’armée de l’air ouvert aux médias aura lieu le jeudi 6 septembre prochain sur la base aérienne d’Istres, à l’occasion du retour des équipages de la mission PEGASE déployée en Asie Pacifique depuis le 19 août. Les précisions concernant ce RDV seront communiquées ultérieurement.

 

  •  PJ : biographie et photo officielles du général d’armée aérienne Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’armée de l’air

No part of this book may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted, in any form or by any means, without the prior written permission of the Publisher.