Gérard COLLOMB, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, condamne la lâche agression d’un couple de policiers hors-service près de leur domicile


Gérard COLLOMB, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, condamne la lâche agression d’un couple de policiers hors-service près de leur domicile en Seine-et-Marne le 4 juillet dernier, manifestement pris à partie en raison de leur qualité de policiers. Les deux victimes, choquées, ont été hospitalisées.
Comme l'a fait dès ce matin le préfet de Seine Saint-Denis, le Ministre assure les deux fonctionnaires de son plein soutien. Tous les moyens seront mis en œuvre pour identifier les auteurs de ces violences et les présenter à la justice
Gérard COLLOMB, rappelle que, depuis son entrée en fonction, il a fait de la protection des policiers et des gendarmes une priorité avec, notamment la publication, le 31 mars 2018, du décret permettant l’anonymisation des forces de l’ordre ou encore les instructions réitérées aux préfets de réagir à chaque fois que l’action des policiers et des gendarmes serait injustement mise en cause et de leur assurer la protection fonctionnelle.

 

Extension de la pré-plainte en ligne aux infractions liées à la discrimination

Ministère de l’IntérieurLe 5 juillet 2018 Communiqué de presse Extension de la pré-plainte en ligne aux infractions liées à la discrimination Comme  il  s’y  était  engagé  en  février  dernier  dans  le  cadre  du  lancement  de  la  Police  de Sécurité  du  Quotidien,  Gérard  COLLOMB,  ministre  d’Etat,  ministre  de  l’Intérieur  a annoncé ce soir, lors de son discours au CRIF Marseille-Provence, l’extension du dispositif de pré-plainte en ligne aux infractions liées aux discriminations. Réservé  jusqu’alors  aux  atteintes  aux  biens,  le DISPOSITIF  DE  « PRE-PLAINTE  EN LIGNE »  -  accessible  dès  aujourd’hui  sur   https://www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr/  -permet   désormais   de déclarer  en  ligne,  et  à  titre  expérimental,  tout  fait  de discrimination, de provocation aux discriminations, à la haine ou à la violence ou encore certains délits de diffamation ou d’injure contre un auteur inconnu,  puis  d’obtenir  un rendez-vous  dans  une  brigade  de gendarmerie ou un commissariat de police pour signer sa plainte et connaître les suites qui lui ont été réservées. Fruit d’une coopération étroite entre le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice et la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, ce nouveau service atteste de la mobilisation du gouvernement contre toute forme de discrimination et de haine.  Ce dispositif, qui vise à faciliter les démarches de nos concitoyens, permettra de libérer la parole des victimes d’actes racistes et antisémites. Enfin,  au  cours  de  son  discours,  le  ministre  d’Etat  a  également  annoncé  la  mise  en  place, au  mois  de  septembre  2018,  d’un  réseau  d’enquêteurs  et  de  magistrats  spécifiquement formés  à  la  lutte  contre  les  discriminations  à  Marseille.  Cette  expérimentation  sur  un territoire donné, qui permettra de mieux identifier les victimes de ces faits,  à vocation, si elle est positive,  à s’étendre progressivement à l’ensemble du territoire national.

Gérard COLLOMB, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, a souhaité apporter une attention particulière tout au long de l’été pour assurer la sécurité des Français et de tous ceux qui viennent visiter notre pays.


Gérard COLLOMB, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, a souhaité apporter une attention particulière tout au long de l’été pour assurer la sécurité des Français et de tous ceux qui viennent visiter notre pays. Aussi, a-t-il demandé aux Préfets, lors de son discours du mardi 03 juillet, de faire preuve de la plus grande vigilance.

Policiers, gendarmes et sapeurs-pompiers seront déployés sur l’ensemble du territoire, en coordination avec les polices municipales, les militaires de l’opération Sentinelle ainsi que les agents privés de sécurité, afin de garantir une présence rassurante, prévenir les comportements inadaptés et empêcher la commission de faits de délinquance, proposant ainsi, une capacité d’intervention immédiate.

·         Il s’agira en premier lieu de la protection des déplacements sur l’ensemble des réseaux de transports. Dans les trains, l’expérimentation « Train Marshall », qui vise à renforcer, de manière discrète, la sécurisation des liaisons ferroviaires par des patrouilles en civil et armées du GIGN et de la Force d’intervention de la police nationale (FIPN), sera généralisée, notamment par la signature cette semaine d’une convention entre la gendarmerie nationale et la SNCF. Des dispositifs de sécurisation spécifiques mobiliseront quotidiennement plus de 2 000 policiers (police aux frontières et sécurité publique) et gendarmes, notamment dans les trains desservant les zones les plus fréquentées (« train des plages ») ainsi que dans les gares.
Sur les routes, des opérations de sécurité seront organisées afin de lutter contre la mortalité sur nos axes, durant lesquelles les policiers et gendarmes porteront une attention particulière sur  les comportements dangereux (alcool, stupéfiants, vitesse excessive, usage du téléphone et distances de sécurité) ainsi que sur les conditions de chargement des véhicules. Ces opérations complèteront la campagne de prévention portée par la délégation à la sécurité routière (ex. : #OnPosePourLaPause, diffusion de la carte des radars fixes sur internet).

o   En gare du Nord et dans les aéroports, des dispositifs renforcés sont d’ores et déjà mis en place pour assurer la fluidité des voyageurs aux passages frontières tout en maintenant un contrôle de qualité des documents de voyage. Sur les deux plateformes parisiennes d’Orly, Roissy-Charles de Gaule et des grandes métropoles régionales, des renforts d’effectifs de la police aux frontières, avec l’appui d’unités de forces mobiles, sont mobilisés pour faire face aux périodes de forte affluence. Par ailleurs, 129 SAS Paraphe, permettant le contrôle automatique des passeports, ont été installés.
 
o    En outre, les zones d’affluence touristiques seront couvertes par des dispositifs de renforcement des unités locales, notamment dans les bassins littoraux : 67 pelotons de gendarmerie mobile, 11 compagnies républicaines de sécurité, un millier de réservistes chaque jour, mais également 52 unités motocyclistes et 26 postes équestres participeront à la sécurisation de ces bassins de population. 297 policiers maîtres-nageurs sauveteurs CRS assureront la sécurisation des plages en complément des moyens locaux.
 
o    Par ailleurs, l’accompagnement des grands évènements commémoratifs, festifs, sportifs ou culturels de l’été, comme le Tour de France ou encore les festivités en lien avec le 14  juillet, feront l’objet d’une protection adaptée, en lien étroit avec les organisateurs et les collectivités concernées. Ces dispositifs reposeront sur une recherche ciblée du renseignement, un pré déploiement de capacités d’intervention, l’installation de protections passives, une surveillance spéciale des accès, la mise en place de mesures administratives, tels les périmètres de protection en application de la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme du 30 octobre 2017, ou encore des conventions locales de coopération de sécurité.
 
o    A Paris, la sécurisation des zones touristiques visera à protéger les 18 millions de visiteurs. Pour ce faire, un plan tourisme a été mis en place, articulé autour de 4 axes :
o   La sécurisation des principaux lieux fréquentés par les étrangers et l’activation d’un centre de supervision et d’exploitation en direct les caméras de vidéoprotection ;
o   Présence dissuasive et répressive à proximité des lieux d’hébergement et des vecteurs de transports les plus usités ;
o   Accueil et prise en charge adaptés des étrangers victimes d’infractions (interprètes déployés sur le terrain, formulaires multilingues, etc.) ;
o   Renforcement du partenariat entre tous les acteurs institutionnels et privés. Un film, un guide « Paris en toute sécurité » et des supports d’informations sont ainsi disponibles sur les sites touristiques et les zones d’attentes des gares et aéroports.
 
o    Enfin, l’opération tranquillité-vacances permet d’ores et déjà aux particuliers de signaler à la gendarmerie ou au commissariat les périodes d’absence pour congés afin de mieux orienter les patrouilles et prévenir les risques de cambriolage.

 

No part of this book may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted, in any form or by any means, without the prior written permission of the Publisher.