V-LRF et le tracking en mode staring

MINISTÈRE DES ARMÉES DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ARMEMENT



COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Paris, le vendredi 15 juin 2018

SCORPION : UNE NOUVELLE MÉTHODE DE CONDUITE DU PROGRAMME
POUR PLUS DE RÉACTIVITÉ ET D’INNOVATIONS

La feuille de route validée par Florence Parly, ministre des Armées, fixant les prochaines capacités à intégrer au programme SCORPION* et l’agenda de ces réalisations est le résultat d’une étroite collaboration entre la Direction générale de l’armement (DGA) et l’armée de Terre. Cette méthode de travail a permis d’accélérer l’introduction de nouveaux véhicules en complément de ceux déjà commandés et de mettre en service plus rapidement les innovations technologiques actuellement en préparation.
Mi-2019 la DGA devrait lancer l’acquisition d’un premier standard de mini robotique de reconnaissance pour le génie et l’infanterie et le développement d’un véhicule blindé Griffon porteur d’un mortier (MEPAC – mortier embarqué pour l’appui au contact). En 2019 également seront initiés des partenariats d’innovation** pour la préparation d’un véhicule du génie destiné à l’aménagement des positions de combat et des axes de mobilité (MAC - moyen du génie d’appui au contact), et celle d’un véhicule blindé léger de reconnaissance (VBAE – véhicule blindé d’aide à l’engagement).
A l’échéance de 2022, de nouvelles innovations technologiques devraient être introduites sur les systèmes SCORPION, telles que la protection active des véhicules contre les missiles ou le renforcement de leur protection cyber. Ce sera aussi l’horizon de l’arrivée de robots terrestres et de mini-drones aériens intégrés au combat collaboratif, ainsi que de nouveaux capteurs qui feront pleinement entrer le programme SCORPION dans l’ère des grandes données et de l’intelligence artificielle.
La nouvelle démarche, dite « incrémentale », appliquée à SCORPION préfigure une approche plus souple et plus réactive dans la conduite des programmes d’armement du ministère, tout en continuant de garantir l’adéquation aux besoins en termes de qualité, performances, coûts et délais. Cette démarche est fondée sur une concertation renforcée entre la DGA, les états-majors et l’industrie. Les bénéfices attendus sont une meilleure adaptation face à l’émergence de nouvelles menaces et une accélération de la mise en service des innovations, sitôt qu’elles atteignent une maturité suffisante.
* Le programme SCORPION vise à renouveler les capacités de combat de contact aéroterrestre en renforçant leur interopérabilité tactique et leur aptitude opérationnelle. Il comprend pour le moment six opérations : trois nouveaux véhicules blindés Griffon, Jaguar et Serval (véhicule blindé multi-rôle léger – VBMR-L), la rénovation du char Leclerc, le système d’information SICS et le système de préparation opérationnelle. La Loi de programmation militaire en cours d’examen par le Parlement prévoit l’accélération du programme SCORPION : 50% des nouveaux blindés médians (Griffon, Jaguar et Serval) seront livrés d’ici 2025.
** Le partenariat d’innovation est un processus d’acquisition utilisé lorsqu’il n’existe pas de solution sur le marché, qui englobe la R&D et l’acquisition du système associé, en sélectionnant au fur et à mesure des phases du projet les différents industriels initialement retenus.

MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE
ET DES FINANCES
MINISTÈRE DES ARMÉES
MINISTÈRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE
ET DE L'INNOVATION

FLORENCE PARLY, MINISTRE DES ARMÉES
BRUNO LE MAIRE, MINISTRE DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES
ET FRÉDÉRIQUE VIDAL, MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L'INNOVATION ANNONCENT LA LABELLISATION DE TROIS NOUVEAUX BOOSTERS DANS LE CADRE DU COSPACE


 

Les données spatiales jouent désormais un rôle stratégique dans des domaines d’application très variés (urbanisme, agriculture, énergie, environnement, mer, risque, mobilité, transports, loisirs, etc.). La France, puissance spatiale de premier plan au niveau mondial, dispose des atouts pour faire émerger des services innovants à haute valeur ajoutée, valorisant ces données au bénéfice du plus grand nombre.
Le COSPACE (comité de concertation entre l’Etat et l’industrie dans le domaine spatial) a lancé en janvier 2016 quatre premiers « boosters », dispositifs d’accélération de projets regroupant des acteurs du spatial, du numérique et des domaines applicatifs. Ces outils, portés par des pôles de compétitivité, ont pour mission de faire émerger des projets innovants valorisant les données spatiales, de créer un environnement favorable au rapprochement des acteurs de différents secteurs et d’accompagner les entreprises qui développent et commercialisent ces nouveaux services.
Les quatre premiers boosters ont su développer un nouvel écosystème dans les territoires concernés (Occitanie, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Bretagne et Ile de France-Normandie[1]) et ont d’ores et déjà fait émerger plus de 35 projets de grande qualité, qui ont été sélectionnés par différents dispositifs d’aide à l’innovation. Face à ce succès, le COSPACE a décidé de renouveler la labellisation de ces quatre structures jusqu’en octobre 2020.
La dynamique ainsi créée a suscité de nouvelles candidatures qui ont été examinées en mai 2018. Sur proposition du comité de pilotage du COSPACE, Florence PARLY, ministre des Armées, Bruno LE MAIRE, ministre de l’Économie et des Finances et Frédérique VIDAL, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ont décidé de labelliser trois nouveaux boosters :
-          Le booster CENTAuRA, localisé en région Auvergne Rhône Alpes et porté par le pôle de compétitivité Imaginove, s’appuie sur les filières spatiale et numérique solidement implantées dans ces territoires tout en recherchant des domaines d’application en cohérence avec les domaines d’excellence de la région (risques naturels en montagne, agriculture de précision, tourisme, industrie du futur, développement de contenus ludiques et culturels, etc.) ;
-          Le booster Morpho, porté par Guyane Développement Innovation, vise à accélérer l’émergence de startups sur deux thématiques d’importance majeure pour la Guyane que sont les ressources naturelles (énergies renouvelable, lutte contre la déforestation, etc.) et les télé-applications dans des domaines comme l’agriculture et la santé ;
-          Le booster Rhinespace, centré sur le Pôle métropolitain Strasbourg-Mulhouse-Colmar et porté par le pôle de compétitivité Véhicule du Futur, s’inscrit dans une volonté de contribuer aux usages durables et intelligents sur des territoires denses, en s’appuyant sur des filières régionales (mobilités innovantes, eau, énergie, urbanisme et infrastructures), dont les activités peuvent bénéficier très largement des données spatiales.
Les Ministres se félicitent du lancement d’une nouvelle vague de boosters, élargissant encore les domaines d’usage des données spatiales et ouvrant de nouvelles opportunités de développement et d’innovation dans les territoires.

 

DRONE VOLTdéploie son nouveau drone HERCULES 2


DRONE VOLT
déploie son nouveau drone HERCULES 2
Villepinte, le 11 juin 2018 -
DRONE VOLT, constructeur français aéronautique spécialisé en drones civils professionnels, dévoile sur EUROSATORY, du 11 au 15 juin 2018, son nouvel HERCULES 2 et les dernières avancées technologiques de sa gamme sécurité et surveillance. Le Groupe est présent sur le Stand J801 – HALL 5A.
Reconnu par les acteurs de la Défense et de la Sécurité et retenu par l’Armée Française pour la fourniture de drones et de services de formation à haute valeur ajoutée[1], DRONE VOLT dévoile sur EUROSATORY ses nouvelles solutions parmi lesquelles l’HERCULES 2. Les toutes dernières versions de ses modèles emblématiques et de sa caméra intelligente PENSAR développées pour les forces de sécurité et les forces armées seront également présentées.
Parmi les nouveautés, coup de projecteur sur :
L’HERCULES 2, un petit drone de moins de 2 kilos facilement transportable et équipé d’une caméra très puissante. Il permet une communication cryptée, extrêmement sécurisée. Avec une autonomie d'une trentaine de minutes et une vitesse pouvant atteindre les 90 km/h, il peut voler dans toutes les conditions climatiques et résister à des vents allant jusqu'à 70 km/h.



 

No part of this book may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted, in any form or by any means, without the prior written permission of the Publisher.