Installation du Conseil partenarial d’orientation du Service militaire volontaire :

rendre plus efficace encore un outil d’insertion remarquable

Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, a installé lundi 28 janvier 2019 le Conseil partenarial d’orientation (CPO) du Service militaire volontaire (SMV), sous la présidence du conseiller d’Etat Thierry Tuot.

Ce conseil a pour vocation de définir les orientations du SMV dans les domaines de la formation et de l’insertion professionnelles, de développer l’attractivité du SMV et de faire des propositions sur les formations et métiers proposés dans les territoires. Ainsi, il aide le ministère des Armées à orienter, évaluer et planifier la feuille de route du SMV. Pour Geneviève Darrieussecq, il est un exemple « d’incarnation du dialogue entre les armées et la Nation. Par sa composition, par la variété des responsabilités de celles et ceux qui le composent, ce conseil doit permettre de croiser les angles de vue et les expériences, d’introduire de la collégialité et de la confiance dans l’administration des services publics, d’aider par ses recommandations le ministère à progresser encore dans l’efficacité de ce dispositif ».

Parmi les objectifs fixés lors de l’installation du CPO, ont été notamment évoqués l’augmentation du taux de recrutement et le développement de partenariats avec les acteurs concernés (ministères, collectivités territoriales, missions locales, pôles emploi) pour augmenter le nombre de candidats tout en conservant de forts taux d’insertion professionnelle (actuellement, plus de 70%), trouver des financements externes, suivre les besoins et logiques des territoires et des acteurs économiques et institutionnels, et inscrire le SMV comme organisme de formation en charge de l’insertion professionnelle.

Créé en 2015 par le ministère des Armées, puis consolidé dans la LPM en 2018, le SMV est un organisme de formation qui vise à insérer professionnellement des filles et garçons, âgés de 18 à 25 ans, en forte difficulté scolaire et/ou sociale. Pendant une année, ces volontaires vivent en internat, sous statut militaire. L’encadrement militaire les aide à acquérir un savoir-être leur permettant, ensuite, de faciliter l’acquisition de savoir-faire professionnels adaptés à leurs talents. À terme, l’objectif est de favoriser leur employabilité dans des métiers en tension dans les territoires. Six centres existent en France : Montigny-lès-Metz (57), Brétigny-sur-Orge (91), la Rochelle (17), Châlons-en-Champagne (51), Ambérieu-en-Bugey (01) et Brest (29).

Le CPO est constitué de représentants du ministère des Armées, des ministères partenaires (Travail, Ville et Education nationale), des associations d’élus locaux et de l’ensemble du monde de la formation professionnelle (France compétences, les représentants des collectivités territoriales et les missions locales). Ce conseil a été l’occasion de mettre en valeur l’engagement de la jeunesse avec la présence de stagiaires encadrants, du Service Civique, de l’école Polytechnique et de HEC.

     La visite  du secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur à Sens à l'invitation de la député de l'Yonne LREM Michèle Crouzet avait pour objectif de "saluer la forte implication des forces de sécurité en plein mouvement des gilets jaunes

 

     La visite  du secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur à Sens à l'invitation de la député de l'Yonne LREM Michèle Crouzet avait pour objectif de "saluer la forte implication des forces de sécurité en plein mouvement des gilets jaunes

     La visite  du secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur à Sens à l'invitation de la député de l'Yonne LREM Michèle Crouzet avait pour objectif de "saluer la forte implication des forces de sécurité en plein mouvement des gilets jaunes mais également de montrer le travail au quotidien de ces fonctionnaires de police et ceci malgré les contraintes supplémentaires liées au maintien de l'ordre.

   Monsieur Laurent Nuñez a rappelé l'effort très important consenti sur le plan matériel et financier pour améliorer les conditions de travail des policiers icaunais. Notre ancien rédacteur en chef, Jean-Louis Courtois, s'est entretenu avec le secrétaire d'Etat sur les matériels engagés par les forces de l'ordre en replaçant ces moyens techniques face à la campagne actuelle de dénigrement du lanceur de balles de défense LBD 40 du fabricant Brugger&Thomet et à l'emploi du dispositif balistique de désencerclement DBD 95 appelé plus simplement grenade de désencerclement. Notre rédacteur a rappelé que nombre d'informations pseudo-techniques avancées par certains médias ne reposaient que sur des approximations. Ces lanceurs en service depuis 1996 pour la police nationale employés face à des individus dangereux pour les neutraliser temporairement ont évité dans bien des cas l'ouverture du feu protégeant de fait la vie de l'individu violent qui souhaitait en découdre avec les forces de l'ordre. A titre indicatif, une semaine de manifestations au Venezuela a fait 35 morts. Les détracteurs de ces matériels  évoquent l'emploi plus important d'autres moyens comme les camions anti-émeute, ces mêmes détracteurs ont la mémoire courte, ils ne se souviennent pas des critiques qu'ils avaient pu émettre, il y a quelques années quand ces véhicules sont entrés pour la première fois en action. Quant aux véhicules ayant la même fonction en Allemagne, le débit et la pression d'eau ne sont pas du tout du même niveau...  

Déclaration sur l’utilisation de GL06 en France / Avis sur l’utilisation du GL06 en France


Dans divers milieux, accusations sont soit portées à la société B & T AG, dans le cadre de l’utilisation de la LBD40 en France. Ces accusations déclarer faussement que les munitions utilisées, qui sont considérées comme dangereux ou impropres à l’usage, ont été fabriquées et livrées par B & T. Par ailleurs, le lanceur LBD40 (désignation B & T : GL06) a été évalué comme étant imprécis et dangereux.

À cette fin, nous devons affirmer que les munitions utilisées en France ont pas conçues, fabriquées et livré par B & T AG. Par conséquent, nous ne pouvons pas évaluer le potentiel de risque des munitions utilisées en France. Cependant, nous devons faire clairement dans ce contexte que les munitions utilisées dans chaque cas constituent une proportion importante en ce qui concerne l’action et la précision.

B & T AG peuvent confirmer que les lanceurs utilisés en France ont été produites par B & T AG et exportés vers la France correctement selon les dispositions légales avec une licence d’exportation approuvés. Concernant les accusations que le dispositif est imprécis et dangereux, nous devons affirmer que – comme mentionné précédemment – les munitions utilisées sont principalement responsables de la précision et l’action. Pour l’attribut précision médiocre et un accroissement risque de blessure pour le lanceur est donc techniquement faux. Par conséquent, le lanceur fondamentalement ne peut être évalué que pour être un dispositif imprécis et dangereux.

B & T AG sait que le LBD40 ou GL06 ainsi que les cartouches de SIR que nous fabriquons montre bonne précision et un faible risque de blessure. La cartouche de SIR est, cependant, n’étant ne pas utilisé en France. Le risque potentiel de notre cartouche SIR a été évalué par les forces de Police suisses et a été approuvé pour utilisation. Lorsqu’il est utilisé correctement (GL06/SIR), un faible risque de blessure peut supposer. Au sujet de ces résultats et l’expérience de l’utilisateur que grâce à ce système, les agresseurs individuels (p. ex. les jetant des pierres ou Molotov cocktail) peuvent être abordés de manière ciblée et une foule de manifestants pacifiques est affectée aussi peu que possible, ces dernières années a conduit au système GL06 avec cartouche d’impulsion SIR remplaçant ou complétant des produits plus anciens, avec des risques plus élevés de blessures ou de plus d’effets néfastes pour les masses, tels que des bâtons, balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes dans les services de contrôle de foule.

Pour conclure, il doit être affirmé que le LBD40 (GL06), ainsi que les munitions de SIR fabriquées par B & T, est un produit efficace et précis qui vient avec peu de risques de blessures. Lors de l’utilisation de munitions de fabricants tiers, dans certains cas précision diminue et le risque de blessure augmente considérablement.

Moment ce fr, l'on voit dans divers médias des accusations adressées à la société B & T AG en relation avec l’utilisation du LBD40 en France. Ces accusations prétendent à tort que les munitions utilisées, considérées comme dangereuses ou impropres, ont été fabriquées et livrées normale B & T. En outre, le titre LBD40 (désignation de B & t : GL06) est jugé actualité et dangereux.

Nous devons insister à cet égard, que les bombes à sous-munitions utilisées en France the pas été conçues, fabriquées ni livrées par B & T AG. Par conséquent, nous ne pouvons pas juger le risque "potentiel" des bombes à sous-munitions utilisées en France. Toutefois, il doit être souligné à ce propos que les bombes à sous-munitions utilisées exercent une influence substantielle sur les effets et la précision.

B & T AG peut confirmer que les lanceurs utilisés en France ont été produits et exportés correctement par B & T AG conformément aux dispositions législatives et accompagnés d'une autorisation d’exportation approuvée. En ce qui concerne les accusations de "imprécision et de dangerosité de l’appareil, nous devons prendre en compte le fait que, comme dit de Microsoft nous l'avons deja les munitions utilisées portent la principale responsabilité des effets et de la précision. C’est pourquoi il est techniquement faux d'accuser le titre de la mauvaise précision et du risque de blessures élevé. Par conséquent, le titre ne peut pas être jugé comme fondamentalement actualité et dangereux.

B & T sait que le LBD40, resp. GL06, en combinaison avec les cartouches fabriquées SIR normale nous, présente une bonne précision et un faible risque de blessures. Les cartouches SIR ne sont pas employées en France. Les cantonales de Suisse ont évalué le potentiel de risque de cartouches amendements SIR la police et les autorisées pour l’emploi. En cas d’utilisation Valmont du système (GL06/SIR), l'on peut s'attendre à un risque de blessures faible. Ce constat et les expériences des utilisateurs confirmant que ce système permet d'aborder les agresseurs isolés (p. ex, lanceurs cocktails de pierres ou de Molotov) de façon ciblée et de limiter au maximum les dégâts collatéraux verser des groupes de fer pacifiques de toute taille ont UE versez résultat ces dernières années que le système GL06 avec les cartouches à impulsion SIR a remplacé ou complété dans le domaine du service d’ordre les anciens moyens d’intervention à risques de blessures plus élevés ou à effets nocifs versez les masses, comme la matraque, les balles caoutchouc de fr et la gaz lacrymogène.

Pour résumer, force est de utiiesé que le LBD40 (GL06), en association avec les bombes à sous-munitions SIR fabriquées par B & T, est un moyen d’intervention précis et efficace avec un faible risque de blessures. Fr de cas d’utilisation de munitions des autres fabricants, il y a le risque que la précision baisse et le risque de blessures augmente considérablement.

No part of this book may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted, in any form or by any means, without the prior written permission of the Publisher.