RUBRIQUES COMMANDO 2
RUBRIQUES COMMANDO 2
RUBRIQUES COMMANDO 2

En route vers le développement du standard F4 du Rafale : de nouveaux capteurs connectés développés par Thales Thales, aux côtés de Dassault Aviation et Safran, est notifié par la Direction générale de l’armement (DGA) pour le développement des futurs capteurs et systèmes de communication

En route vers le développement du standard F4 du Rafale : de nouveaux capteurs connectés développés par Thales
 Thales, aux côtés de Dassault Aviation et Safran, est notifié par la Direction générale de l’armement (DGA) pour le développement des futurs capteurs et systèmes de communication qui seront à bord du Rafale au Standard F4.
 Les ruptures technologiques qui seront intégrées dans les chaines de capteurs et les nouvelles capacités de combat collaboratif permettront aux équipages de prendre les meilleures décisions à chaque moment décisif.
 Le cycle de décision d’engagement des cibles sera considérablement réduit.
© Dassault Aviation - K. Tokunaga
Thales, membre du Groupement d’Intérêt Economique Rafale, a été notifié par la Direction générale de l’armement pour contribuer au développement du standard F4 du Rafale. Ce standard va permettre à l’avion de combat Rafale de constituer la première pierre du système de combat aérien futur des armées françaises, en maintenant sa supériorité face aux nouvelles menaces.
Aujourd’hui, l’avion de combat Rafale est capable de mener à bien des missions multiples, de la reconnaissance à la défense aérienne, en passant par les frappes de précision au cours d’une même mission. Il est aussi le vecteur de la dissuasion nucléaire aéroportée, élément central de la politique globale en matière de sécurité et de défense de la France, ce qui exige excellence et
Paris La Défense
maîtrise technologique. Demain, dans un environnement de plus en plus complexe et face à un spectre de menaces plus étendu, les équipages devront analyser une masse conséquente de données dans des délais très courts, pour exécuter leurs missions les plus exigeantes et ainsi protéger les populations. Les équipements et systèmes électroniques performants et innovants de Thales qui équipent le Rafale de son nez jusqu’à sa dérive répondront à ces défis.
Dans le cadre du développement du standard F4, les ingénieurs et techniciens de Thales vont travailler à l’amélioration des capteurs et au développement de la connectivité du Rafale, offrant ainsi des performances plus étendues et des fonctionnalités opérationnelles nouvelles, en interconnectant davantage les Rafale et l’ensemble des moyens concourant aux missions. Le combat collaboratif est désormais la clé pour participer aux coalitions, faire face aux nouvelles menaces ou encore conduire les opérations souveraines. C’est ainsi que Thales travaillera notamment à l’introduction de la radio CONTACT, d’un serveur de communication intelligent sécurisé et d’une solution de transmission par satellites (SATCOM) via Syracuse IV. Afin de garantir le haut niveau de survivabilité du Rafale, Thales va introduire de nouvelles capacités de détection et de brouillage au sein du système de guerre électronique SPECTRA. Le radar à antenne active RBE2 verra son emploi amélioré notamment pour ses capacités en mode air/sol. Quant à la nacelle optronique TALIOS, l’Intelligence Artificielle permettra un traitement en vol presque en instantané des données collectées pour extraire et identifier des cibles.
Les équipages pourront ainsi mieux évaluer les situations tactiques, traiter en temps réel un volume d’informations beaucoup plus important et prendre plus rapidement la meilleure décision dans chacun des moments décisifs de leur mission : trouver, identifier, classifier, engager des cibles en toute sécurité, pour ensuite valider et analyser le résultat.
Pour répondre aux besoins des utilisateurs, il est également nécessaire que les forces armées aient un niveau de disponibilité élevé de leurs matériels. Les études sur la maintenance prédictive, grâce notamment aux avancées technologiques du Big Data et de l’Intelligence Artificielle sont au coeur de la stratégie de Thales : prévoir les défaillances avant qu’elles ne surviennent, tel est l’enjeu auquel nous devons répondre à bord du Rafale au Standard F4.
«Ce contrat témoigne de la confiance accordée par le ministère des Armées en France dans le savoir-faire industriel et la haute technologie des entreprises de défense française. Les futurs capteurs et systèmes de communication seront un élément essentiel à l’évolution du Rafale au Standard F4 vers un combat collaboratif connecté. La maîtrise par Thales des technologies de la connectivité et de l’intelligence artificielle permettront aux équipages de prendre la bonne décision à chaque moment décisif.» Patrice Caine, Président-directeur général de Thales.
Thales à bord du Rafale Thales fournit de nombreux équipements et systèmes à la pointe de la technologie pour le Rafale, de son nez jusqu’à sa dérive. Il s'agit du radar de pointe avant à antenne active RBE2, du système d’autoprotection Spectra, de l’optronique secteur frontal (OSF), de la suite de communication navigation identification (CNI), de la majeure partie des systèmes de visualisation du cockpit, des systèmes de génération électrique et d’un volet de soutien
Paris La Défense
logistique. Le Rafale à l’export  24 Rafale commandés par l’Egypte en février 2015,  24 Rafale commandés par le Qatar en mai 2015, 36 Rafale commandés par l’Inde en septembre 2016,  12 Rafale commandés par le Qatar en décembre 2017. A propos de Thales Ceux qui font avancer le monde s’appuient sur Thales. Nous sommes aux côtés de ceux qui ont de grandes ambitions : rendre le monde meilleur et plus sûr. Riches de la diversité de leurs expertises, de leurs talents, de leurs cultures, nos équipes d’architectes conçoivent un éventail unique de solutions technologiques d’exception, qui rendent demain possible dès aujourd’hui. Du fond des océans aux profondeurs du cosmos ou du cyberespace, nous aidons nos clients à maîtriser des environnements toujours plus complexes pour prendre des décisions rapides, efficaces, à chaque moment décisif. Fort de 65 000 collaborateurs dans 56 pays, Thales a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 15,8 milliards d’euros.
CO

HOMMAGE FUNEBRE

AU COMMANDANT BAPTISTE CHIRIÉ ET AU CAPITAINE AUDREY MICHELON

Vendredi 18 janvier 2019, Florence Parly, ministre des Armées, accompagnée par le général d’armée aérienne Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’Armée de l’air, s’est rendue sur la Base aérienne 133 de Nancy-Ochey, où elle a présidé la cérémonie militaire d’hommage au commandant Chirié et à la capitaine Michelon.

Cet hommage fait suite à la mort en service aérien commandé le mercredi 9 janvier du commandant Baptiste Chirié et de la capitaine Audrey Michelon, aux commandes de leur Mirage 2000 D.

La France se dote d’une doctrine militaire offensive dans le cyberespace et renforce sa politique de lutte informatique défensive

La France se dote d’une doctrine militaire offensive dans le cyberespace et renforce sa politique de lutte informatique défensive

Alors que les attaques cyber et les incidents de sécurité se multiplient, qu’ils peuvent porter gravement atteinte à la sécurité de notre Nation et que le ministère des Armées en détecte lui-même plus de deux par jour, Florence Parly, ministre des Armées, a décidé de prendre des mesures pour assurer la préparation et la supériorité stratégique de la France dans la lutte dans le cyberespace.

La ministre a ainsi présenté aujourd’hui une nouvelle politique ministérielle de lutte informatique défensive, plus globale, qui lie tous les acteurs de la communauté de défense pour une hygiène cyber irréprochable.

La ministre a insisté sur l’importance du collectif pour la réussite de notre cyberdéfense et en a donc appelé à des partenariats plus forts avec les industriels et à une coopération accrue avec nos alliés européens.

Florence Parly a affirmé que la position de la France ne pouvait pas être seulement défensive et intégrait pleinement l’arme cyber parmi les capacités opérationnelles des armées. Elle a annoncé l’adoption d’une doctrine encadrant l’emploi de l’arme cyber dans les opérations militaires sur les théâtres d’opération extérieurs, dans le respect du droit international.

Les principaux éléments de cette doctrine d’emploi de l’arme cyber dans les opérations militaires ont été précisés par le général d’armée François Lecointre, chef d’état-major des Armées.

Afin de préparer des armées modernes, capables de l’emporter sur tous les théâtres et dans tous les espaces, il était primordial d’adapter résolument notre posture de cyberdéfense. En opérations l’intégration de l’arme cyber dans nos modes d’action est devenu une condition de notre supériorité militaire.

Ainsi, les nouvelles doctrines révélées par Florence Parly permettent de renforcer la Posture permanente de cyberdéfense (PPC), créée par la loi de programmation militaire 2019-2025. Assurée par le Commandement de la cyberdéfense (COMCYBER), cette posture permet de protéger 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 tous les réseaux du ministère des Armées afin d’anticiper et réagir à toute attaque contre les intérêts de notre défense.

Cette posture est coordonnée en lien avec l’autorité nationale de cybersécurité, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI), ainsi qu’avec nos principaux partenaires, notamment européens.

Ces nouvelles doctrines viennent conforter le tournant pris par la ministre des Armées pour placer la France à la pointe du combat dans le cyberespace. La Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, qu’elle a défendue en 2018 et qui a été promulguée par le Président de la République le 13 juillet dernier, prévoit ainsi le recrutement de 1000 cybercombattants supplémentaires et un investissement de 1,6 milliard d’euros pour la lutte dans le cyberespace d’ici 2025.

Depuis sa nomination en juin 2017, Florence Parly a décidé d’agir pour préparer pleinement la France à tous les conflits du XXIe siècle. Ces annonces s’inscrivent dans la lignée des interventions de la ministre sur la stratégie spatiale de défense de la France (septembre 2018) et sur la manipulation de l’information (septembre 2018).

Gérald DARMANIN félicite les douaniers pour la saisie d’une tonne de tabac à rouler par la brigade des douanes d’Halluin-Reckem

 

 

En fin de semaine dernière, les agents de la brigade des douanes d’Halluin-Reckem ont intercepté une opération de contrebande portant sur 1 tonne de tabac.

En début de matinée, les agents des douanes étaient en surveillance sur l’autoroute A25 entre Lille et Dunkerque. Ils ont procédé au contrôle d’un véhicule utilitaire immatriculé en Grande-Bretagne avec une seule personne à bord.

La fouille du véhicule a permis de découvrir derrière des marchandises déclarées (produits alimentaires)   plusieurs palettes filmées de manière opaque. Après un retour à l’unité pour un contrôle et une fouille approfondie les agents ont découvert plus de 20 000 blagues à tabacs représentant une valeur à l’achat supérieure à 100 000 €.

Les déclarations du chauffeur laissent supposer la réalisation de nombreuses autres opérations de contrebande pour des quantités très importantes démontrant ainsi l’intérêt des trafiquants pour ces marchandises à forte fiscalité.

Le chauffeur a été placé en retenue douanière le temps de la procédure douanière. A l’issue, le parquet de Lille a saisi le Service de douane judiciaire pour les suites de l’enquête. Il a ouvert à la fin de la garde à vue une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction du tribunal de Lille.

Cette nouvelle saisie est le résultat de la forte mobilisation des douanières et douaniers pour lutter contre le commerce illicite de tabac, mission prioritaire fixée par le Ministère de l'Action et des Comptes publics. Le programme national de réduction du tabagisme (PNRT) qui prévoit des hausses de prix successives d'ici 2020, rend financièrement plus attractive la contrebande et justifie donc le renforcement des contrôles.

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald DARMANIN a déclaré : «Je félicite les agents de la direction régionale des douanes de Lille qui illustrent par cette saisie très importante le travail de l’ensemble des services douaniers qui contribuent au quotidien à la lutte prioritaire contre la contrebande de tabacs».

No part of this book may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted, in any form or by any means, without the prior written permission of the Publisher.