RUBRIQUES COMMANDO 2
RUBRIQUES COMMANDO 2
RUBRIQUES COMMANDO 2

US Army decides to proceed with the Iron Fist Light APS on The Bradley

St. Petersburg, Fla – General Dynamics Ordnance and Tactical Systems (GD-OTS) in cooperation with Elbit Systems and IMI’s team is moving forward with Phase II of their Iron Fist Light (IFL) Active Protection System (APS) following the announcement of a positive Army Requirements Oversight Council (AROC) decision.

The low size and weight, ease of integration, and versatile high-performance positions IFL as an ideal candidate for the Bradley Fighting Vehicle. Iron Fist Light uses independent optical sensors, tracking radar, launchers and countermeasure munitions to defeat threats at a safe distance from the defended combat vehicles. The system provides 360-degree protection coverage for close-range scenarios in both open terrain and urban environments. Fielding active protection capabilities has been identified as an urgent need by the US Army.

“We are excited to move into Phase II and bring the vast capabilities of our Active Protection System to the Bradley Fighting Vehicle. We look forward to continuing to partner with the Army on advancing this important technology as well as enhancing integration capabilities across multiple Army platforms” said Steve Elgin, vice president and general manager of armament and platform systems for General Dynamics Ordnance and Tactical Systems.

“We are proud to support the US Army and cooperate with GD-OTS in delivering the Iron Fist Light - a sophisticated protection system that will enhance the capabilities of a variety of Army platforms while defeating a wide range of threats” said Yehuda (Udi) Vered, executive vice president and general manager of Elbit Systems Land Division.

Nexter, maître d’oeuvre industriel de la première capacité du programme CaMoVersailles, le 20 décembre 2018

LIEN NEXTER

Nexter, maître d’oeuvre industriel de la première capacité du programme CaMo
Versailles, le 20 décembre 2018 – Dans le cadre du Partenariat stratégique entre la Belgique et la France dans le domaine de la mobilité terrestre (CaMo), le premier Comité Directeur (CODIR) s’est tenu le mercredi 12 décembre à Paris en présence, pour la France du général de corps d’armée Eric Bellot des Minières, représentant le Chef d’état-major des armées, du Délégué général pour l’armement Joël Barre, et du Général de division Hervé Gomart représentant le Chef d’Etat-major de l’armée de Terre, et pour la Belgique en présence du Lieutenant-général Rudy Debaene et du Général-Major Marc Thys. La feuille de route du programme a ainsi été initiée avec Nexter comme leader de ce projet au coeur des ambitions européennes de défense.
Cette réunion a permis de lancer officiellement les travaux des trois Comités de Pilotage (COPIL) qui mettront en oeuvre cette coopération inédite :
• le COPIL « Capacitaire »,
• le COPIL « Partenariat Armement »,
• le COPIL « Programme ».
Une feuille de route a été fixée pour chacun de ces COPIL par le CODIR. Stéphane Mayer, Président-directeur général de Nexter, a présenté l’organisation industrielle mise en place au nom des principaux industriels français et belges impliqués dans le premier contrat CaMo.
Le volet « acquisition » de la première capacité CaMo du partenariat porte sur 382 véhicules blindés multi-rôles GRIFFON et 60 engins blindés de reconnaissance et de combat JAGUAR complètement infovalorisés selon le programme SCORPION et totalement compatibles avec leurs équivalents français. Ces véhicules seront livrés aux forces terrestres belges à partir de 2025. Un schéma innovant dit mandant (État client) / mandataire (État Français agissant en tant que maître d’ouvrage délégué) est mis en oeuvre pour cet accord. A ce titre, agissant au nom et pour le compte de l’État belge, la Direction générale de l’armement (DGA) assurera la conduite du marché d’acquisition de la première capacité en lien avec le maître d’oeuvre industriel Nexter, en apportant toute son expertise.
Ce marché est confié à un seul maître d’oeuvre, le groupe Nexter. En tant qu’architecte et systémier intégrateur fournissant 100% des véhicules de combat de l’armée de Terre française, Nexter est ainsi au centre de ce partenariat stratégique entre la Belgique et la France et contribue à la construction de l’Europe de la Défense. Nexter s’appuie sur deux sous-traitants français stratégiques, ARQUUS et Thales, ainsi que sur des industriels belges dont FN Herstal et CMI, via des accords de coopération. Stéphane Mayer est « heureux de voir le programme CaMo démarrer avec ce premier CODIR, à l’occasion duquel [il a] présenté l’organisation industrielle portée par Nexter, maître d'oeuvre de la première capacité du programme, et ses partenaires français et belges. C’est une vraie fierté pour le groupe Nexter de contribuer aux côtés des deux ministères de la défense français et belge à un projet européen de défense. »
A propos de Nexter
Nexter, une société du groupe KNDS, est le leader français de la défense terrestre, et également le 3ème munitionnaire européen. Le Groupe a pour vocation de répondre aux besoins des armées de Terre française et étrangères. Son domaine d’activité s’étend à la fourniture de systèmes et de munitions pour les forces aériennes et navales. Nexter apporte également des systèmes et des solutions de protection dans le domaine de la sécurité. La société poursuit sa politique de développement à l’international avec 58% de prises de commandes à l’export en 2017. En France, Nexter est pleinement mobilisé pour répondre aux objectifs du programme SCORPION, à travers la rénovation du char Leclerc et le développement des futurs engins VBMR GRIFFON et EBRC JAGUAR au sein d’un GME (Nexter, Arquus, Thales) ainsi que du VBMR Léger SERVAL. Le chiffre d'affaires de Nexter s'est établi pour 2017 à 900 millions d’euros, dont 18% sont alloués aux activités de Recherche & Développement. La gamme de produits du groupe présente en outre des véhicules blindés ARAVIS®, TITUS® et VBCI, des systèmes d’artillerie CAESAR®, TRAJAN® et 105LG1, des munitions intelligentes (BONUS), de nombreux équipements ainsi que des services clients, soutien et revalorisation. Plus d’informations sur www.nexter-group.fr

Christophe CASTANER, ministre de l’Intérieur, et Laurent NUNEZ, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, ont reçu à nouveau mercredi 19 décembre les organisations syndicales représentatives du corps d’encadrement et d’application de la police nationale, après de premiers échanges la veille.

 

 

Les ministres ont une nouvelle fois salué la mobilisation exceptionnelle des personnels de la police nationale lors des opérations de maintien de l’ordre des mois de novembre et décembre 2018.

 

Ils ont rappelé qu’un amendement au projet de loi de finances pour 2019 avait été déposé et adopté hier par l’Assemblée nationale. Il abonde le budget du ministère de l’Intérieur de 33,3 millions d’euros.

 

Mais au-delà, un protocole d’accord a été signé avec l’ensemble des parties prenantes à l’issue de la rencontre.

 

Ce protocole prévoit, dans un premier temps, la revalorisation de l’allocation de maîtrise de 40 € par mois à compter du 1er janvier 2019 et l’augmentation de l’indemnité de sujétion spéciale police (ISSP) de 0,5 point au 1er janvier 2019, sans préjudice de l’application du protocole du 11 avril 2016.

 

Mais il constitue aussi et surtout la base d’un projet de transformation en profondeur de la police nationale, qui portera sur l’organisation du temps de travail, les heures supplémentaires et la fidélisation fonctionnelle ou territoriale des policiers.

 

Le protocole prévoit l’ouverture de négociations sur ces différents sujets dès le mois de janvier 2019. Leur aboutissement permettra une nouvelle revalorisation de l’allocation de maîtrise de 30 euros par mois à compter du 1er juillet 2019, et à nouveau de 30 euros par mois à compter du 1er janvier 2020.

 

Christophe CASTANER, ministre de l’Intérieur, et Laurent NUNEZ, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, qui, sous l’autorité du Premier ministre, ont négocié le texte avec les trois organisations syndicales, se félicitent de la signature de cet accord qui ouvre la voie à une amélioration et une modernisation des conditions de travail et de rémunération des policiers.

Les énigmes les plus difficiles de l'année  A l'image de ce qui se fait déjà dans nos pays voisins, le Service Général du Renseignement et de la Sécurité met la population belge au défi.

Les énigmes les plus difficiles de l'année

A l'image de ce qui se fait déjà dans nos pays voisins, le Service Général du Renseignement et de la Sécurité met la population belge au défi. 

Les énigmes les plus difficiles de l'année

A l'image de ce qui se fait déjà dans nos pays voisins, le Service Général du Renseignement et de la Sécurité met la population belge au défi. 

Serez-vous capable de résoudre les énigmes les plus difficiles de l'année, que notre service militaire de renseignement a concocté spécialement pour vous?  Envie de vous divertir ou au contraire de vous griller quelques neurones ? Relevez le challenge et rendez-vous sur le site www.mil.be pour découvrir de quoi il s'agit.

A vos claviers, prêts… partez !

Pourquoi un tel "puzzle de fin d'année"?  Pour attirer l'attention sur le fait que la Défense n'a pas uniquement besoin de "rambos", de personnes aux capacités physiques élevées.   Le militaire actuel, et à plus forte raison encore, celui-du futur, doit également avoir "des brains", disposer de capacités de raisonnement, de déduction, de logique. Autant de qualités nécessaires pour résoudre ces énigmes d'un degré élevé de difficulté.

Ce puzzle, élaboré par des passionnés se veut en effet le plus difficile de l'année.  Serez-vous capable de le résoudre seul?  Peu probable.  Notre devise nationale, l'union fait la force, particulièrement chère à nos militaires, s'applique ici également.  N'hésitez-pas à vous entraider.  Attention toutefois, contrairement au « duty to share », l’obligation de partager l'information avec les partenaires en vigueur actuellement dans le monde du renseignement, un partage trop important d'infos pourrait vous pénaliser ici.  Découvrez les règles du jeu par vous-mêmes sur le site www.mil.be

A gagner?  Le plaisir de relever un défi de haut niveau, une dose de notoriété, sans oublier une belle récompense. 

Et maintenant… à vous de jouer!

Nicole Belloubet, garde des sceaux, ministre de la justice met en place ce jour une commission de réflexion sur les pourvois en cassation.

Nicole Belloubet, garde des sceaux, ministre de la justice met en place ce jour une commission de réflexion sur les pourvois en cassation. Cette commission sera chargée d’évaluer les principes et  modalités  à retenir pour mettre en place une réforme ambitieuse et partagée du pourvoi en cassation.

 

Nicole Belloubet a confié la présidence de cette mission à Monsieur Henri NALLET, ancien ministre de la justice,  et  sera composée de personnes qualifiées.

 

 

Le Ministre des Affaires Etrangères et de la Défense Didier Reynders, le Chef de la Défense, le général Marc Compernol, et le commandant de la Composante Terre, le général-major Marc Thys, rendront visite le 24 décembre aux militaires engagés à l'aéroport de Zaventem, à Bruxelles et à Anvers. Par ce geste, ils veulent rendre hommage aux femmes et aux hommes qui sont déployés dans nos rues dans le cadre de l'opération Vigilant Guardian.

Depuis janvier 2015, des mesures spécifiques sont prises pour sécuriser davantage certains sites en Belgique. L'appui de la Défense à la police fédérale, avec la présence de militaires dans les rues, est l'une de ces mesures.

La presse est conviée à cette visite de Noël.

Visite de Noël du Ministre de la Défense Didier Reynders aux militaires au sein de l’Opération Vigilant Guardian

No part of this book may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted, in any form or by any means, without the prior written permission of the Publisher.